Colloque Pap’Argus


Communiqué du :15 octobre 2015
écrit par :Allimand

COMMENT DEVENIR ET RESTER UN CHAMPION EN FRANCE ?

 

Photo Valérie Lechiffre – Magazine “La Papeterie” – ENP Publishing Group

 

C'est Jean-Pierre Brice associé-gérant de Capitalmind, qui a animé la table ronde consacrée aux champions français du secteur papetier. De quelles qualités faut-il faire preuve pour réussir et quels types d'action mener ? Dans ses propos liminaires Jean-Pierre Brice a fait référence au célèbre Mittlestand, ce tissu d'Entreprises de taille intermédiaire (ETI) qui fait, notamment, la force de l'industrie allemande. Selon lui, pour devenir un champion, plusieurs critères doivent être remplis : «Des résultats supérieurs à la moyenne de son secteur d'activités, un développement à l'international, des recrutements, de l'innovation, des investissements et un leadership sur les marchés-cibles»

Les entreprises qui ont participé à cette table ronde remplissaient tout ou partie de ces critères. «Surtout, leur actionnariat est largement familial et, pour deux d'entre elles, elles sont dirigées par des femmes», a observé Jean-Pierre Brice.

Etaient ainsi réunis :

  • Sylvie Casenave-Pere, présidente de Posson Packaging,
  • Simon Cena, D-g d'Allimand,
  • Nathalie Chapusot, D-g déléguée marketing/ventes et e-commerce chez Raja,
  • Antonio Monteiro, D-g "FCR" de Paprec
  • Jean-Marie Nusse, D-g délégué de Exacompta-Clairefontame,
  • David Schisler, président de Schisler Packaging Solutions

 

La vision du fabricant de machines à papier Allimand, était également très éclairante. Simon Cena a ainsi rappelé les principaux atouts du constructeur grenoblois : «L'indépendance (avec un actionnariat familial à hauteur de 62%), un développement au plus près des évolutions du marché, des leaders charismatiques, le choix, très tôt, de la grande exportation — bien au-delà de l'Europe, en Asie, Amérique du Nord, et demain, on l'espère, en Amérique du Sud —, le savoir-faire technologique et les services».  Pour autant, cette société a choisi de maintenir la fabrication de ses machines en France. Enfin, son offre répond aux demandes des marchés papetiers traditionnels et de ceux à haute valeur ajoutée (non-tissés, papier-cigarette, etc ).